بسم الله الرحمن الرحيم

         

موقع قبائل بني يزناسن يرحب بزواره الكرام

 

 

                 

                                      

الجوهرة الزرقاء : السعيدية

 

 

السعيدية أو الجوهرة الزرقاء :  تقع المدينة على بعد 22 كلم شمال بركان و100 متر من الحدود الجزائرية. تأوي المدينة أزيد من 8780 نسمة حسب إحصاء 2014 وتعد من المنتجعات السياحية المغربية الواعدة، حيث تمتلك المدينة عشرات الكيلومترات من شواطئ رملية صفراء والمناخ المثالي طوال السنة، مما دفع العديد من الشركات السياحية أن تُمول مشاريع سياحية من 10 فنادق ومئات الفيلات على مساحة 750 هكتار. وتضم المدينة عددا من المرافق السياحية والتي انشأ أغلبها ما بين الفترة الممتدة من 2008 إلى 2010. والتي تتواجد بما يسمى (مارينا السعيدية) والتي تحتوي أيضاً على ميناء ترفيهي وعدد من الوكالات التجارية والمطاعم. وقد فازت السعيدية سنة 2015 باللواء الأزرق. على غرار سنوات خلت.

تاريخ مدينة السعيدية هو حديث بالمقارنة مع تاريخ المغرب . سنة 1881 شيد بها السلطان المغربي الحسن الأول قلعة ومسجدين. سنة1913 سيطر الفرنسيون على المدينة وأعلنوها تابعة للحماية الفرنسية . بعد الاستقلال ازدهرت المدينة نتيجة لسياحة الداخلية وإقبال المصطافين المغاربة ومن شتى بقاع العالم على شاطئها الجميل.

 

قصبة السعيدية

 

عُرف موقع  السعيدية، في المصادر التاريخية العربية القديمة، باسم :  " القصبة السعيدة " في نهاية القرن التاسع عشر.

تستوطن هذا المجال قبيلة أولاد منصور، وهي تنتمي إلى مجموعة قبائل تريفة ( العثامنة، هوارة، أولاد الصغير )، حسب ما جاء في البند الثالث من اتفاقية لالّة مغنية سنة 1845، وهي ذات أصول عربية.

مجال تحركها كان يمتد من شمال غرب الجزائر إلى وادي ملوية غربا، غير أن هذا المجال تقلص في القرن التاسع عشر، وأصبح منحصرا بين واد كيس إلى واد ملوية. وتجمع القبيلة بين الزراعة والرعي في مجال ضيق ينحصر بين الساحل من جهة الشمال وتلال موازية له من جهة الجنوب. ويمتاز هذا المجال بتربة خصبة، خاصة قرب مصبّ واد كيس، حيث يوجد سهل عجرود المشهور في أدبيات القدامى بأشجاره وبحائره، وينتهي غربا عند مصب واد ملوية، حيث يقع تداخل بين بعض فصائل أولاد منصور وبعض فصائل قبيلة كبدانة.

بناء القصبة

تحكمت ظروف محلية وأخرى دولية في إقدام الدولة المغربية على إحداث قصبة عند مصب واد كيس، نذكر منها :

-          فشل قيادة أولاد منصور في فرض هبة الدولة بسهل تريفة، وخاصة بالمناطق المحاذية لواد كيس.

-          تضاعف حدة التوتر على جانبي خط الحدود، خاصة وأن الأطماع الفرنسية كانت تطالب بنقل خط الحدود إلى واد ملوية.

-          خرق السلطات الفرنسية نص معاهدة مغنية حول الحدود، إذ أقدمت في سنة 1882 على تشييد بُرج غير بعيد على الضفة اليمنى لوادي كيس، بدعوى حماية سوق أسبوعي، يُدعى سوق الحِيمَرْ، كان يُعقد كل أربعاء.

-          الخفض من حدة التوتر بين المغرب وفرنسا بسبب وادي عجرود الذي كان من الممرات المألوفة لدى مهربي الماشية من شرق الريف وبني يزناسن في اتجاه أسواق غرب الجزائر.

-          دوافع أخرى أشارت إليها استخبارات الجيش الفرنسي، ومنها، على وجه التحديد، إقامة مركز لتموين قبائل شرق المغرب بالأقوات وغيرها من الحاجات، لاسيما خلال فترات القحط والمجاعة.

كان الشروع في بناء القصبة في بداية شهر يونيو 1883، تحت إشراف عامل وجدة عبدالمالك السعيدي، وانتهت أشغال البناء في بداية  1884  في عهد السلطان الحسن الأول ( 1873 – 1894 ) ، حيث أقيم بها أول مخيم للجنود المغاربة.

اشتهرت القصبة في بداية عهدها باسم : " القصبة السعيدة "، وكان مصطلح " السعيد  " يطلق، في عُرف الجهاز المخزني، على كل ما يُنسب للدولة. وهناك مسميات أخرى كانت تنعت بها القصبة ( مثل : السعيدة، سْعيدَ..  ) إلى أن فرضت سلطات الاحتلال اسم السعيدية بحكم الأمر الواقع.

تعاقب على قيادة قصبة عجرود ( السعيدية ) ثلاثة قواد، هم:

-          علال بن منصور البخاري ( 1884 – 1897 )

-          أحمد بن كروم البخاري ( 1898 – 1901 )

علال الشرادي ( 1902 – 1907 )، كانت فترته متقطعة بسبب استيلاء الثائر الروڭي  الذي لقبه خصومه ب بوحمارة ( اسمه الحقيقي : الجيلالي الزرهوني )على القصبة في سنة 1903 خلال شهور معدودة وكذا على وجدة. عاد إلى منصبه في سنة 1904، حيث ظل قائدا بالقصبة إلى تاريخ دخول الجيش الفرنسي ( أبريل 1907 ).

حامية القصبة المستحدثة منذ سنة 1883، لم تحقق الهدف المنشود – أي حفظ الأمن وفرض هيبة الدولة -، خاصة أثناء ولايتَي علال بن منصور البخاري وأحمد بن كروم، وذلك بسبب قلة العسكر وضعف الوسائل من خيول وأسلحة ومؤونة ومال.

المصدر : كلمة الأستاذ عكاشة برحاب بتصرف– أشغال الندوة الوطنية 19 – 20 نونبر 2009 ...بتصرف

                  جامعة محمد الخامس الرباط - السويسي - منشورات المعهد الجامعي للبحث العلمي

                                      السعيدية – القصبة والساحل ورهانات التحول

صور عن صفحة Oujdi Temmar

 

 

 

 

 

Lumières sur le passé de Saïdia

( Extrait de la page " Les amis d Saidia " )

Pour ceux ou celles qui s’intéressent à l’histoire ancienne de Saïdia
Voici un article rédigé par Pierre LÉRIS Lieutenant d'Infanterie et Conseiller à la Cour d'Appel, Rabat dans le numéro 62 de Janvier 1922, de la revue mensuelle illustrée : organe du Comité des foires du Maroc / directeur Alfred de Tarde - 1917-1925
Pierre LÉRIS était lieutenant d'Infanterie, témoin de la Grande Guerre et ancien Conseiller à la Cour d'Appel de Rabat pendant le protectorat français au Maroc

LE RÊVE DE LOUIS SAY
Sur la Méditerranée, entre la Moulouya qui le sépare de la zone espagnole, et le Kiss qui le sépare de l'Algérie, le Maroc français jouit d'un littoral d'une quinzaine de kilomètres. Ce n’est pas une corniche escarpée que la mer assaille avec fracas, mais une plage d'une courbe harmonieuse où les vagues viennent mourir mollement.
L'importance de ce rivage, près duquel se dresse la vieille casbah de Saïdia, a été signalée, depuis longtemps, comme débouché naturel d'un riche hinterland. Un consul danois, Georg Hôst, qui a parcouru le Maroc entre 1 760 et 1 768 et a donné une Description de Fez (Copenhague, 1781), relate l'existence d'un château fort près de la « Mulvia », frontière entre la Seigneurie de Fès et le Sultanat de Tlemcen.

Plus près de nous, quelques années avant la guerre, un important témoignage allemand s'est exprimé, avec une curieuse précision, sur ce point géographique. Dans ses éclaircissements sur la politique mondiale, Wirth étudiant dans ses moindres détails la question marocaine, constate l'accès relativement facile d'Oudjda à la Méditerranée. Et voici ses intéressantes observations:
Depuis quelque temps le vapeur « Turquie » fait un service régulier entre Tanger et Bory Saïdia. Sa cargaison d'aller se compose de soldats du sultan, sa cargaison de retour, de rebelles chargés de chaînes.
Bory Saïdia est un petit endroit près de la large embouchure de la Moulouya. Le rivage est plat, mais c'est tout à fait merveilleux comme les gens du Maroc savent aller à l'encontre des obstacles naturels. Bory Saïdia n'est qu'à 6 heures d Oudjda.
Bien avant l'établissement de notre Protectorat, le lieutenant de vaisseau Louis Say, petit neveu de Jean-Baptiste Say, et cousin de Léon Say, voyageant en 1886 dans les Beni Snassen, entrevit que l'essor du Maroc, et notamment de toute la contrée avoisinant la Moulouya, serait lié à la création d'une ville maritime près de l'embouchure de ce fleuve. Il imaginait là le port de Fès sur la Méditerranée.
S'étant définitivement fixé dans la région, il obtint du Gouvernement général de l'Algérie, l'autorisation de construire, sur la rive droite du Kiss, en territoire algérien, un port-abri au pied de la colline qui borde la plage de Saïdia à l'Est.
Assez rapidement un bassin de quelques hectares fut créé entre deux jetées de 200 à 300 mètres. Et une petite cité surgit à proximité, avec un hôtel, des villas, une maison d'école, un bureau de postes et un bureau de douane. Tout cela était dû aux subsides personnels de Louis Say. Il dépensa ainsi plusieurs millions.
Pouvait-il douter du succès de son œuvre ? Lorsqu'il s’était installé sur ce rivage, derrière lui le bled demeurait inviolé, le rail était inconnu, il n'existait même pas un mètre de ruban d'acier. Mais au moment où s'achevait Port-Say, le général Lyautey, commençait par l'Amalat d'Oudjda, sa campagne de pénétration du Maroc. La pacification du pays assurait le développement commercial d'Oudjda et encourageait la colonisation à Berkane et à Martimprey. En même temps que le chemin de fer algérien était poussé jusqu'à Oudjda et se prolongeait vers Taza, par la voie militaire, un réseau routier convergeait vers la Méditerranée.
Thalassa ! Thalassa ! Le cri des soldats de Xénophon résume, à travers les siècles, les aspirations des hommes cherchant l'accès à la mer. Or, Louis Say avait, bien à l'avance, prévu les aspirations maritimes du Maroc Oriental.
Et cependant son œuvre est restée incomplète. Port-Say n'est qu'un port miniature. Les quelques caboteurs dont il reçoit la visite mouillent au large et leur débarquement s'effectue par barcasses.
L'unique petit bassin s'est ensablé. Louis Say projetait d'en établir un plus vaste, sur fonds de roches. Mais les sacrifices qu'il avait déjà faits ne lui permettaient plus de supporter exclusivement de nouveaux et coûteux efforts. Les capitaux qu'il sollicita hésitèrent à s'engager. Une société anonyme dont il jeta les bases, avec le concours de quelques personnalités marseillaises, n'arriva pas à se constituer.
On comprend que l'Administration du Protectorat, se défiant des excursions de l'imagination dans le domaine économique, hésite à son tour à entreprendre de grands travaux sur la plage de Saïdia. Dans le dernier état de la question, il ne s'agit plus de la construction d'un port mais d'un simple warf. Ainsi, le Maroc Oriental attend encore l'aménagement de son rivage.
En Algérie, on constate l'utilité de nouveaux travaux, soit à Port-Say, soit à Saïdia. Il n'y aurait jamais là, dit-on, qu'un petit port. Or, il en existe un dans le voisinage, c'est Nemours qui doit être rattaché par voie ferrée à Marnia et par là même à Oudjda. Et d'ailleurs, ajoute-t-on, pourquoi vouloir un port secondaire, quand il existe à 250 kilomètres d'Oudjda un grand port comme Oran ? Le trafic par grands ports et par navires à grandes coques ne revient-il pas à meilleur compte que le trafic par petits ports et par petits navires ?
Oui ! à condition que les marchandises puissent être acheminées au grand port par des voies rapides et économiques. Mais les chemins de fer algériens remplissent-ils ces conditions ?
En réalité les faits démontrent l'utilité des ports secondaires à côté des grands ports. Le Maroc Occidental en fournit la preuve avec Kénitra, Rabat, Fédhala, qui se développent malgré Casablanca. Les défendeurs des intérêts du Maroc Oriental restent convaincus de la nécessité d'un port à Saïdia. Ils prévoient l'augmentation de son trafic le jour où une voie ferrée, empruntant la vallée de la Moulouya, se raccorderait vers Guercif à la ligne de Fès.
Et le rêve de Louis Say serait ainsi réalisé.
En attendant Port-Say, au pied de sa falaise, demeure un lieu de villégiature et de tourisme. C'est sur le rivage africain, une plage comparable à Bandol ou Sanary sur le littoral provençal. Le dimanche, la patache espagnole y déverse des ouvriers –en bérets et en espadrilles et des sénoritas aux lourds chignons, qui viennent faire la « mouna » derrière les buissons, tandis que les automobiles des colons de Berkane et des négociants de Tlemcen et d'Oudjda s'arrêtent à la terrasse d'un hôtel confortable, sous les eucalyptus et les palmiers, au milieu des boutons d'or des mimosas.
Avec les premières étoiles, le - crépuscule fait briller les feux des phares du Cap de l'Eau et des Iles Zaffarines. Mais on dirait que cette quiétude cache une ardeur contenue. Le golfe tranquille semble regretter d'avoir manqué un grand destin.
Là-haut, sur la falaise qui domine une vaste étendue, du cap Milonia à l'Est, aux lointains du Rif, où s'estompe le Gurugu à l'Ouest, se dresse une tombe d'une émouvante simplicité. C'est là que repose Louis Say. Pas de marbre et pas d'inscription. Rien qu'une croix de bois, comme pour ceux dont le sacrifice a fait la France plus grande.

 

 

 

انقر على الصورة للاطلاع على تعليقات الزوار

Cliquez sur la photo pour lire les commentaires

 

 

سيدي منصور

 

من الموروث الشعبي اللامادي

كلما اقتربت وعدة أولاد منصور ( السعيدية ) في كل سنة إلا و سمعنا المقولة المشهورة " سيدي منصور غَرَّاسْ الڭوم فالصمايم "

فما أصل هذه الحكاية التي تقترب من الأسطورة أكثر منها إلى الواقع؟

ترجمة مقتضبة من الفرنسية عن صفحة أصدقاء السعيدية

يقول أكابر القوم أنها واقعية لكن يكتنفها كثير من المبالغة والخيال.

في فترة ما، لاحقت مجموعة من الفرسان من قبيلة أهل أنكَاد هاربا لقتله. لم يجد هذا الأخير أمامه إلا الولي " سيدي منصور " الرجل الصالح، فاستنجد به طالبا الحماية .

كانت الفترة في عز فصل الصيف ، فترة " السمائم " التي تشهد حرارة مفرطة. رفع الرجل الصالح " سيدي منصور " أكف الضراعة إلى السماء سائلا المولى العلي القدير أن يغير الأحوال الجوية لإبعاد الأذى عن المحتمي به. وما هي إلا دقائق معدودات، فإذا بعاصفة رعدية تزمجر في السماء غضبا معلنة عن نزول أمطار غزيرة لم تشهدها المنطقة من قبل في هذه الفترة بالذات.

أُخذ الفرسان على حين غرة من هذه التقلبات الجوية، وعلى إثرها انغمست قوائم الخيل في الأتربة الموحلة إلى حد الركبة فسقط الفرسان من على أظهرهم.

شيء خارج عن المألوف في فترة لا تشهد البتة تساقطات مطرية. لم يجد الفرسان بدا من العودة من حيث أتوا دون تحقيق هدفهم.

منذ تلك الفترة، ومن جيل لآخر، تناقلت الأجيال المتلاحقة المقولة " سيدي منصور غَرَّاسْ الڭوم فالصمايم " ( مع بعض الإضافات من هنا و هناك ) وكأن سؤاله تحقق على الفور وكأن " سيدي منصور " وبقدرة الخالق سبحانه وتعالى استطاع أن " يغرس " الڭوم بأكمله في الأوحال في عز السمائم.

ملحوظة : - وعدة أولاد منصور ستقام يوم 23 شتنبر 2019 بمنطقة أولاد حمان

            - ضريح سيدي منصور يوجد بالجماعة القروية لعثامنة

 

 

 

 

Marchandisage et « festivalisation » de Lwa3da (Moussem) de Ouled Mansour à Saïdia

عن صفحة أصدقاء السعيدية

Qui aurait imaginé qu’un jour, lwaada de Ouled Mansour serait organisée par des traiteurs, où des convives se disputeraient les plats du couscous et d’autres personnes en seraient privées ! On n’avait jamais imaginé qu’un jour on en serait là, surtout pour les anciens détenteurs de cette tradition qui faisaient tout pour servir tous les convives. Lwaada était en réalité acceptée et soutenue par toute la population qui accomplissait un ensemble de tâches nécessaires à la survie de cette tradition et à sa pérennité. Or aujourd’hui ; une grande partie des adeptes de Sidi Mansour boycottent lwaada ou préfèrent la célébrer chez eux dans l’intimité et offrir l’aumône aux pauvres discrètement.

Au cours des dernières années, lwa3da ou le Moussem de Ouled Mansour à Saïdia a créé la polémique en raison de différents changements et innovations survenus dans l’organisation et le déroulement de cet événement annuel. Elle commence à perdre un peu de son âme.

Après que cette Waada ait acquis une identité qui lui est propre, les Ouled Mansour ont peur de la perdre et dénoncent les dérives qui entachent son organisation et son encadrement.

Lwaada, à travers ses cérémonies, l’organisation de l’espace et son occupation est un instant créatif, qui permet à toute personne présente de faire partie intégrante de la fête. C’est un lieu où s’expérimentent les liens sociaux, où se consolide un tissu social, où se crée une communauté éphémère de la durée de la période festive. C’est un processus vivant. C’est au cœur de ces fêtes que se développent les notions de partage, de don, de contre don et d’affirmation d’un être-au-monde collectif. Le Moussem est d’abord un lieu de rencontre où se forge une identité commune.

Malheureusement, ce moussem commence à payer le prix de la main mise d’une association qui l’a pris en otage par l'exploitation politique et religieuse. Elle essaie de récupérer le moussem en le marchandisant et en le festivalisant. Ces milieux ont commencé par affaiblir peu à peu les fidèles détenteurs de cette tradition séculaire et habitués à cette tradition depuis plusieurs siècles , en l’occurrence les descendants de sidi Mansour, en faisant venir d'autres personnes pour imposer une autre vision et transformer lwaada en festival folklorique et en une grande réception festive . Le principe consiste toujours à encourager une forme contrôlée de pratique festive.

Il est tout à fait normal que ce moussem mêlant traditions et culture se développe, se modernise, rayonne et se perpétue. Nous ne sommes pas contre son adaptation à l’évolution de la population et à la nouvelle géographie urbaine. C’est un phénomène tout à fait normal et c’est même un bon signe de santé. Mais ce qui nous préoccupe, c’est la dénaturation de son identité séculaire. Nous voulons que notre waada soit accueillante et fière de son passé et qu’elle ne soit pas victime de ce que certains appelleraient un phénomène de leadership. La cérémonie de clôture du moussem et la lecture de la fatiha par l’Imam, moment solennel ; a été radicalement modifiée en isolant l’imam sous une tente avec les membres du comité organisateur, ce qui a entaché son caractère communautaire et religieux. Jadis cette cérémonie se déroulait en ronde où tous les adeptes et les visiteurs écoutaient et répétaient ensemble les invocations de l’Imam.

Savoir reconnaître ses erreurs, assumer ses responsabilités, voilà ce que devrait être une association d’organisation de lwaada de Saïdia digne de ce nom !

 

Les premières images de Lwa3da (Moussem) de Saïdia qui s'est déroulé ce matin 23 sept 2019

Les visiteurs se regroupent pour manger le couscous !

Le couscous typique de Lwa3da,bien épicé en offrande à tous les visiteurs marocains et étrangers.

Un couscous au viande de mouton avec pois chiches, raisins-sec décoré de dattes, de dragés, d'oeufs dure et arrosé avec du miel et du beurre.

 

 

Le moussem de Saïdia ou Lwa3da de Ouled Mansour est un événement annuel qui ne dure qu'un jour. Il est organisé par Oulad Mansour et autres tribus fidèles détenteurs de cette tradition séculaire et habitués à cette tradition depuis plusieurs siècles.

Comme tous les Moussems du Royaume, celui de Saïdia, est d’abord un « Moussem » de fantasia : Tbourida ou jeu de poudre.

Les visiteurs ont assisté à un spectacle grandiose de Fantasia

شريط فيديو (1) لوعدة أولاد منصور بتاريخ 23 شتنبر 2019

 

Lwa3da (Moussem) de Ouled Mansour Saïdia (Vidéo)

Outre son caractère festif avec le spectacle de fantasia et l’offrande du couscous , d’autres activités commerciales, artistiques et folkloriques sont également au rendez-vous .

شريط فيديو (2) لوعدة أولاد منصور بتاريخ 23 شتنبر 2019

 

 

 

من أرشيف الأخ ادريس قيسامي

تلوين الصور من خلال بعض التطبقات

1950

البريد

مركز الدرك

المنطقة الحدودية بين لجراف

 

 

 
 

 

 

 

جولة بتلال بين لجراف ( كَرن الشمس حسب بعض المراجع )

2020.02.02

 

 

فندق ليصابليت، هنور حاليا....الثلاثينات من القرن العشرين

Hôtel Les Sablettes, Hannour aujourd'hui, les années 30

عن صفحة أصدقاء السعيدية

 

 

 

السعيدية

سنة 1955

 

 

La création de la station balnéaire de Saidia 1930

Documentaire réalisé par Yamani Azzouzi

 

 

 

 

صور من السعيدية ابتداء من سنة 1937

صور من أرشيف صفحة أحمد الوشكرادي

كنيسة جيل باسكالي حوالي 1950

Eglise Jules Pascalet vers 1950

كنيسة جيل باسكالي

Eglise Jules Pascalet

عن صفحة أصدقاء السعيدية

بطاقة بريدية حوالي 1950

المركز البريدي سنة 1940

الذي كان يتواجد بالطريق المؤدي إلى كنيسة باسكالي

سوق قصبة السعيدية سنة 1950

فندق ليصابليت ( حاليا : هنّور )

Les Sablettes

Hotel Les Sablette ( Aujourd'hui Hannour )

فندق ليصابليت ( حاليا : هنّور )

Hotel Les Sablettes ( Aujourd'hui Hannour )

قصبة السعيدية سنة 1906

 

 

عن صفحة الوجدي طمار

ساحة ميسبولي

Missepoulet

بين لجراف

بين لجراف

فندق هنور

Hôtel Hannour

الخمسينات من القرن العشرين

الخمسينات من القرن العشرين

بورصاي وقصبة السعيدية قبل سنة 1911

 

 

 

صور من السعيدية، الشاطئ، مارينا والحلڭ

05 نونبر 2018

 

 

صورة جميلة لمرسى بني مهيدي - بورساي سابقا ( الجزائر ) على اليمين و السعيدية على اليسار

ساي هو قائد عسكري فرنسي

 

                     Histoire du bateau de guerre « Sidi Et-Turqui » et Saïdia

( Source : page facebook " Les amis de Saidia " )

Photo rare du navire de guerre « Sidi Et-Turqui » au large de la côte de Saïdia au début du 20ème siècle.
Ce bateau a joué un grand rôle dans l’histoire de la Casbah de Saïdia sous le règne du Sultan Moulay Abdelaaziz au début du 20ème siècle. Pour faire face à la rébellion du prétendant au trône, le rogui ou Bouhmara comme on le surnommait à l’époque, qui avait une Mehalla à la Casbah de Selouane (région de Nador actuellement) et qui tentait de conquérir toute la partie orientale du Maroc par l’occupation de la Casbah de Saïdia et la ville d’Oujda, le gouvernement marocain envoyait du port de Tanger vers Saïdia des contingents de soldats et du ravitaillement à Saïdia et à Oujda par le moyen de ce bateau de guerre qui accostait souvent en face de l’embouchure de Oued Kiss , tout près de l’emplacement actuel des rochers. Il emportait aussi les prisonniers de Bouhmara vers Tanger.Son capitaine , le germanique Leonardo Karow raconte dans son livre « Neuf années au service du Maroc (1900-1908) » ses fréquentes visites au pacha de la Casbah de Saïdia et les différentes missions qu’il a effectuées et notamment la guerre qu’il a menée contre les soldats du prétendant sur la Côte de Mar Chica. L'histoire de ce bateau est assez pittoresque il fut construit à Brème spécialement pour apporter au Sultan deux grands «canons qu'il avait commandés à l'usine Krupp pouf fortifier le port de Rabat, Le bateau fut immédiatement incorporé à la marine marocaine .Il avait une machine à expansion, de 180 chevaux-vapeur.-II ne possédait qu'un .canon. L'état-major du Turqui était allemand; le commandant était un ancien officier de la marine germanique, Leonardo Karow , les mécaniciens étaient également allemands, l'équipage marocain se composait de vingt-trois individus, dont un maître canonnier, et de deux interprètes, nécessaires pour transmettre à l'équipage les ordres du commandement. Il y avait aussi à bord un capitaine de bannière (titre particulier à la marine marocaine) dont l'emploi est tenu par Hamed-Torres, parent du célèbre Sidi-Mohamed-Torres chef du gouvernement marocain pendant le règne de Moulay Abdelaaziz.

( Source : page facebook " Les amis de Saidia " )

 

 

Les caïds de la Casbah de Saïdia

( Source : page facebook " Les amis de Saidia " )

Trois caïds se sont succédés à la tête de la Mehalla de la Casbah de Saïdia.Il s’agit successivement de :

1 - Allal Ben Mansour Al Boukhari( 1884-1897).

2 - Ahmed Ben Karroum Al Boukhari (1898-1901).

3 - Allal Ach-charradi ( 1902-1907).

Selon les documents disponibles, la période du caïd Allal Ben Mansour AL Boukhari était la plus longue à la tête de la Casbah de Ajroud et qui a duré presque 13 ans, tandis-que celle de Ahmed Ben Karroum n’a duré que 3 ans, alors que celle du Caïd Allal Ach-charradi était discontinue à cause de l’occupation de la Casbah en 1903 par le Rogui Bouhmara .Il a repris son poste après la libération de la Casbah jusqu’au jour de l’occupation française de la Casbah au mois d’avril 1907.

L’intérêt porté à la casbah de Ajroud par le Mekhzen pendant la période du Caïd Ahmed Ben Karroum Al Boukhari était surtout dicté par la prolifération des trafics de contrebande et de piraterie sur le littoral du Rif et les pressions exercées par des pays européens pour les endiguer .La présence du Makhzen dans l’oriental marocain était donc nécessaire pour imposer l’état de droit.

Cependant, la mission de ce dernier Caïd était courte et n’a pas dépassé 3 ans après le décès de l’Amel d’Oujda Al Abbas Ould Ba subitement et son remplacement par Ahmed Ben Karroum Al Boukhari , ce qui constituait une promotion pour ce dernier puisqu’il était expérimenté et connaissait tous les rouages de la frontière algéro-marocaine. Ie Caïd Allal Ach-charradi a pris sa place.

Selon certaines sources , souvent , ces caïd n’ont pas pu imposer l’Eta de droit à cause des alliances entre tribus qui caractérisaient l’organisation tribale dans la région orientale sous forme de Leffs ( alliance tribale) et craignaient le soulèvement de ces tribus comme c’était le cas pendant l’époque de L’Amel Abdelmalek Saïdi en 1885 et Driss ben Yâich en 1897 qui étaient contraints de chercher asile au territoire algérien.

Les archives révèlent l’impuissance de ces Caïds à faire régner l’ordre surtout pendant les périodes de Allal Ben Mansour Al Boukhari et de Ahmed Ben Karroum Al Boukhari au moment où la tribu de Ouled Mansour a profité de l’absence du caïd Allal Ben Mansour pour saccager la Casbah et razzier les récoltes en 1897 et il était contraint d’abdiquer et d’accepter le fait accompli faute de moyens dissuasifs et de soldats.

Après le soulèvement de Bouhmara en 1902, la présence du Makhzen à la Casbah de Saïdia s’est renforcée par l’établissement d’une base d’accueil des soldats du Makhzen et d’un dépôt de munitions .Les soldats ont installé un camp au voisinage de la Casbah ce qui a dissuadé tout acte de brigandage.

Les dissidences entre tribus se sont accrues de plus en plus entre partisans et opposants au prétendant Bouhmara apès que ce dernier s’est refugiées à la Casbah de Selouane et quitté Oujda définitivement en 1905.

De ce qui précède, nous pouvons conclure que la Casbah de Saïdia était un bastion de la résistance face à l’hégémonie des envahisseurs, poste de surveillance et de borne frontalière face à l’Algérie occupée et un port d’attache militaire du Makhzen.

 

( Source : page facebook " Les amis de Saidia " )

 

 

Date à retenir sur l’histoire de Saïdia

( Source : page facebook " Les amis de Saidia " )

 

Fin mai 1883 : construction de la Casbah de Saïdia

Fin Avril 1907 : occupation de la Casbah par la France

1930 : création de la station balnéaire de Saïdia par les colons français

Mai 1934 : visite du Sultan Mohamed V à Saïdia

2005 : création de la nouvelle station balnéaire et de la marina de Saïdia

 

La Casbah de Saïdia fut bâtie par le sultan Hassan 1er sur la rive gauche de l’embouchure de l’Oued Kiss en 1883 pour servir de poste de surveillance et de borne frontalière face à l’Algérie. Ce monument, vestige seigneurial d'épopées glorieuses fait partie intégrante du patrimoine universel. La réhabilitation de la Casbah de Saïdia et sa mise en valeur s’avère être un enjeu de taille, qui se manifeste dans plusieurs aspects, dont les plus importants demeurent l’affirmation de l’identité de la ville et la vitrine à travers laquelle elle véhicule son histoire.

( Source : page facebook " Les amis de Saidia " )

 

 

 

Compteur Global gratuit sans inscription