بسم الله الرحمن الرحيم

         

موقع قبائل بني يزناسن يرحب بزواره الكرام

 

 

                                                           

 

ذ.عبدالكريم موجاوي

 

Le Rocher des Ath Ameur

La chèvre des béni Znassen

Ecrit par : Mohamed Mehdaoui

Traduit par : Nejm-Eddine Mahla

Comme à son accoutumée, tôt le matin, monsieur Hamoudane pénétra dans son écurie pour s’enquérir de l’état de son troupeau et surtout pour saluer sa chèvre, la prunelle de ses yeux.

-Salut ma très chère.

-Bonjour monsieur.

-Comment tu te portes aujourd’hui ?

-Comme tu m’as laissée hier, triste…

-Pourquoi ? Qu’est-ce qui t’est arrivé ?

-N’est-il pas encore venu le temps de me libérer ? Je voudrais jouir des prairies fleuries et cabrioler entre les arbres des chênes-lièges et des  pins qui couvrent à perte de vue les montagnes des Béni Znassen.

-Tu es encore très délicate mon enfant… attends d’être plus aguerrie. Sois patiente, les loups sont à l’affût partout dans la forêt. Tu sais bien ô combien ils sont friands de la chair tendre de la race caprine.

-Je le vois bien, tu ne vas point me libérer, sachant nonobstant que, libre, je reviendrais te rendre visite de temps à autre. Le cas contraire, je me libérerai quelles que soient les conditions de ma captivité et tu t’en repentirais à jamais…

Le pauvre fermier fixa profondément sa chèvre, il savait que ses paroles étaient sensées et surtout… n’étaient pas lancées en l’air mais c’était la peur et la frayeur du loup qui le poussaient à se comporter ainsi… L’histoire de la chèvre de monsieur Seguin taraudait son esprit. Et il ne voulait en aucun cas que cette  tragédie se répétât avec sa douce biquette. Tout le fil des événements défila devant lui : une naissance entachée par la mort de la mère de sa chevrette, comment il lui avait appris à téter du biberon, comment il la dorlotait et comment elle dormait dans son giron… Revenu de sa torpeur, monsieur Hammoudane se rapprocha de l’enclos et tout en lui tapotant l’encolure, les yeux larmoyants, il lui dit :

-Me suis-je un jour mal comporté avec toi ma biquette ?

-Du tout, monsieur…

-Alors pourquoi veux-tu me quitter ?

-Je veux être libre et faire ce que bon me semble… Profiter de cet espace immense sans liens ni piquet pour me rappeler ma condition actuelle. Je ferai la fine bouche en choisissant la meilleure herbe qui soit, j’entrerai en contact avec ceux de ma race et tous les autres animaux… N’avez-vous pas combattus les français par la force des armes pour arracher votre liberté ? Existe-t-il un Yaznassni qui accepterait de vivre sous le joug de quelqu’un d’autre, quel qu’il soit ?

Ce discours plein d’amertume et de mal être avait fini par bouleverser le pauvre fermier, il balbutia quelques mots incompréhensibles puis se ressaisissant un peu, il s’adressa à sa chèvre :

-C’est ton dernier mot ?

-Oui monsieur et je ne reviendrai pas sur ma décision…

-Bon, je vais te libérer tout en sachant que tu n’es pas encore mûre pour gambader seule en plein forêt… Dernier conseil, il y a des situations où il ne faudrait pas compter sur la force, surtout que tu es encore molle et puis tu ne peux venir à bout des loups et des renards car, il n’y a pas à dire, ils sont plus forts que toi.

-Je prends acte de vos conseils. J’ai été au fait de vos exploits vis-à-vis des français, comment vous les faisiez tomber dans vos traquenards… je serais une znasnia libre et indomptable.

L’oncle Hammoudane se rasséréna quant au devenir de sa chère chevrette, il ordonna d’ouvrir le portail de l’enclos où elle était confinée à l’intérieur de l’étable. La chèvre sortit comme l’éclair donnant ses pattes au vent. Le pauvre paysan la suivit du regard alors qu’elle gambadait et sautillait dans la prairie, toute contente de sa nouvelle condition d’être libre… Libre et sans entraves.

Au commencement de la deuxième nuit de liberté,  de pleine lune de surcroît, elle entendit un terrible hurlement puis des grognements qui se faisaient de plus en plus pressants. Une voix caverneuse se fit entendre :

-Bienvenue …, bienvenue… Savez-vous qui je suis ?

-Je crois que vous êtes monsieur De loup, dit-elle avec emphase.

-C’est vrai mais pas de révérences entre nous… Tu es intelligente et bien éduquée et je vais quand même te dévorer parce que comme tu le constates, je suis malade, je tousse tout le temps et toi, tu es une biquette débordante d’arômes des fines herbes, en particulier  celles de la farigoule et du pinastre… Ta chair sera pour moi comme un baume à mon mal récurrent.

-Bééé… Je suis navrée pour vous, je suis en convalescence, l’homme-médecine m’avait prescrit une diète où les fines herbes n’ont pas droit de cité, bééé…

-Qu’est-ce que tu racontes ?… Diète ?...grrr… Que faire maintenant ?

-Donnez-moi une période de répit pour reprendre des forces, entre temps je me goinfrerai en fines herbes. Le délai arrivé à terme vous aurez devant vous une chèvre aux saveurs de la forêt, un médicament efficace contre la toux comme vous dites…bééé…

-Tu es entrain de me mener en bateau…grrr… dis, n’est-ce pas ?

-Vous avez beaucoup de méfiance à mon égard, je ne suis qu’une pauvre chevrette, orpheline de surcroît. Visez un peu, le champ au pied de la montagne… bééé… une vraie parfumerie… si vous avez des doutes… montant vers le sommet de la montagne pour contempler cette féerie, une manière de vous prouver ma bonne foi.

-Je te crois, mais si tu essaies de me jouer des tours, ma vengeance sera terrible… terrible… grrrr…

-Non… non, n’ayez pas peur… j’ai perdu espoir en la vie… et … bééé… je serai la plus heureuse des chèvres si j’arrive à me sacrifier pour vous sauver la vie. Venez avec moi monsieur De loup pour jouir de la beauté des plantes et humer les effluves enivrants du Pouliot et du Pin … bééé… Bééé… Le seul fait de sentir ces arômes, diminuera de ton mal…

-Tu es vraiment une chèvre à part, et d’une bonté rarissime, je dois l’avouer…

Imbue d’un sang froid à toute épreuve, la chèvre accompagna monsieur Ouchene vers la cime, et de là, ils allongèrent leurs cous pour mieux jouir du spectacle des soi-disant herbes médicinales qui s’offrait à eux… Puis patatra, l’ingénu prédateur perdit l’équilibre, sentit le sol rocailleux se dérober sous ses pattes et se retrouva de facto dans le vide  pour s’écraser ensuite en bas au pied de la montagne.

La pauvre biquette repris son souffle, elle venait de l’échapper belle. Un frémissement de fierté traversa malgré elle tout son être. Elle se rappela les précieux conseils de son mentor. Des fois la ruse serait d’un grand secours dans ce combat perpétuel contre la race des canidés… 

Effectivement, l’Histoire retint ce haut fait de courage et d’intrépidité, parla de la plus sagace des chèvres… Les humains continuent encore de nos jours à raconter et à se transmettre de père en fils cette aventure caprine. L’histoire de la chèvre des béni Znassen qui était arrivée grâce à son sang froid et à sa sagacité proverbiale à bout de l’un des plus féroces loups qui infestaient la région. Depuis, et grâce à cette petite chèvre, plusieurs apriori sur la suprématie des loups n’ont plus droit de cité.       

                                                                                                                                 Ecrit par : Mohamed Mehdaoui.

 Traduit par : Nejm-Eddine Mahla

 

لإضافة تعليق المرجو الضغط  هنا

 

Pour ajouter un commentaire, veuillez cliquer ici

 

.........................................

 محمد مهداوي :

 السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته
خالص محبتي للصديقين العزيزين الأستاذ عبد الحق مهداوي والسي نجم الدين مهلة...على تأثيثهما لهذا الفضاء بقصتي...عنزة بني يزناسن...باللغة الفرنسية، والحقيقة أن القصة المترجمة ذكرتني بقصة عنزة السيد سوغان...بما تحمله من نوستالجيا وحمولات اجتماعية وايديولوحية...
لقد حولتم قصتي هاته من المحلية إلى العالمية بفعلكم هذا...جزاكم الله خيرا اسي نجم الدين مهلة...وأعلن لكم ولعموم الباحثين أن قصصي هاته نذرتها لوجه الله وكل من يريد الاستغلال عليها كتراث إنساني فأهلا وسهلا به وبجميع المبادرات التي تسير في  الاتجاه
...
خالص محبتي السي عبد الحق

خالص تشكراتي السي نجم الدين مهلة...جزاكن الله خيرا على هذه المبادرة القيمة...
                                                                                                            

............................................

نجم الدين مهلة :

العفو السي محمد.
هذه محاولة بسيطة مني، كما قلت أنت، فقصة السيد سوغان للقاص الفرنسي الكبير،  AlphonseDaudet  بصمت طفولتنا و جعلتنا نحب هذا النوع من الكتابة. سأحاول إن استطعت متابعة ترجمة السلسلة. عند نهاية أي جزء سأرسلها للموقع. أتمنى لك مزيدا من التوفيق و التألق في أعمالك الأدبية.
تحياتي الخالصة.

 

 

.......................................................................................................................................................................

الآراء الواردة في التعليقات تعبر عن آراء أصحابها وليس عن رأي المشرف على الموقع

 

 

 

فضاء الزجل والشعر

Compteur Global gratuit sans inscription